9

Gérard Titus-Carmel, Suite Grünewald (dessin 152), 1996. Acrylique et papiers collés. Courtesy Collège des Bernardins © André Morain

Le Collège des Bernardins accueille dans la grande nef la Suite Grünewald de Gérard Titus-Carmel, une série de cent soixante oeuvres présentée pour la première fois.

Cette série est inspirée de la Crucifixion du retable d’Issenheim peint par Matthias Grünewald au début du XVIe siècle et conservé au musée d’Unterlinden à Colmar.

Elle est composée de cent cinquante neuf dessins de dimensions identiques et d’une grande peinture, réalisés entre juin 1994 et juin 1996.

L’artiste se livre à une véritable entreprise de déconstruction de la dramaturgie du tableau en isolant les figures puis certains détails tels que les mains, les pieds et le torse du Christ, les mains et les plis de la robe de Marie-Madeleine, le bras droit de saint Jean-Baptiste…

Il réalise ce travail d’exploration et d’analyse de l’œuvre à l’aide de techniques variées : fusain, mine de plomb, craies, pastel, encre, aquarelle, peinture acrylique et papier collé.

Cette série est comme un cheminement qui nous permet d’approcher la vision de l’artiste ; Titus-Carmel nous livre ses recherches, ses questionnements, son travail sur les formes.

Il s’agit bien d’une succession et non d’une progression ; la grande peinture n’achève pas la série mais l’accompagne et n’en retient d’ailleurs que quelques propositions plastiques.

Titus-Carmel propose une suite qui s’offre comme une longue méditation. La "Suite Grünewald" devient ainsi, au terme de ce long travail de peinture et de dessin, une interrogation sur les enjeux mêmes de la représentation.

Paris. Collège des Bernardins. 19 mars - 07 juin 2009.