2

François Rémond (1747-1812), Paire de porte-torchères, bronze patiné et doré, marbre bleu Turquin, époque Louis XVI, h. 72 cm.  Estimation : 80 000/100 000 €.

François Rémond figure parmi les grands instigateurs du style Louis XVI dans les années 1770. Son classicisme raffiné se traduit par la présence de figures à l’antique, mais aussi d’ornements et arabesques inspirés de la nature, comme en témoigne notre paire de porte-torchères, des femmes drapées tenant des corbeilles de fleurs. Rémond aurait exercé entre 1774 – date de son accession à la maîtrise de doreur-ciseleur – et 1806. Son atelier était extrêmement prospère, fournissant les marchands-merciers parisiens Daguerre et Lignereux, les ébénistes Roentgen et Riesener, le ciseleur Gouthière, ou encore l’horloger Lepaute. Il collabora aussi avec des sculpteurs renommés, tels Boizot ou Foucou. Notre bronzier participa en outre à des commandes destinées au comte d’Artois, le futur Charles X, au comte de Soubise et aux ducs d’Orléans ou de Penthièvre. Pour la princesse Kinsky, il réalisera en 1785 une paire de porte-torchères comparable à la nôtre, destinée à son salon de musique. François Rémond est à l’origine de nombreux modèles de luminaires, dont certains sont aujourd’hui conservés au Louvre. La profusion des commandes, liée à la vogue des bronzes antiques, explique son intense production. Nymphes et satyres ornent les lumières du comte d’Artois au Temple et à Versailles, tandis qu’un couple de faune et de faunesse embellissent les candélabres de l’impératrice à Fontainebleau. Certains de ses modèles furent produits durant vingt années... Un succès qui ne se dément pas.

La Neuville-sur-Ressons, dimanche 7 juin. Marc-Arthur Kohn SVV. M. Kalfon.