ta

Elisabeth Louise Vigée-Lebrun, Das Alphirtenfest in Unspunnen am 17. August 1808, 1808-09, Öl auf Leinwand, 84 x 114 cm. Depositum der Gottfried Keller Stiftung, Kunstmuseum Bern

BERN.- Gottfried Keller’s enthusiasm for what he sees before him is the motto for the exhibition on the 19th-century image of Switzerland from the Kunstmuseum Bern collection. The museum presents not only works that are strange or have hardly yet been seen, or visionary and realistic, but also well-known and familiar pieces from the rich fund of hidden museum treasures. With imagery that is deeply rooted in the national pictorial memory of the Swiss, a multi-facetted panorama enfolds in the exhibition that, still today, models the tourists’ image of the country.

The exhibition focuses on representations of Switzerland that, in emulation of Albrecht von Haller and Jean-Jacques Rousseau, were spread far and wide in the 19th century via the medium of art. The overview commences with the political upheavals around 1800 and concludes with the decades that ensue the founding of the young federal state. Within this century a great diversity of national pictorial subject matter evolves. The exhibition is devoted to the theme of landscape. It reveals how, in the context of the legendary «Grand Tour,» the English tourists pilgrimaged to the natural spectacles and in what ways the artists responded to their demand for images. The perspective of the stranger on the sublime alpine region builds the starting point of the exhibition circuit. Further chapters show how the landscape as political allegory is interpreted as symbolizing freedom and how the Romantic aesthetic experience of nature is continued through to the art of the Symbolists. Besides the great Salon paintings, the exhibition focuses on the
«paysage intime,» on sentimental Realism, and on artificially lit transparent pictures. Simultaneously, visitors can submerge themselves in a familiar and yet aloof world of drawings, prints, book illustrations, topographical representations, sculptures, medals, and reliefs, which, in part, have never before been exhibited.

The presentation is conceived as a «hike» through the Swiss countryside, from the souvenir pictures of the lesser masters through to Ferdinand Hodler’s cosmic view, and subdivided into themes. The exhibition room titles facilitate orientation and selecting the route.

tb

Albert de Meuron, Rast der Gemsjäger, 1855, Öl auf Leinwand, 95 x 111,5 cm. Kunstmuseum Bern

L'exposition proposée par le directeur sur le thème général de l'image de la Suisse dans l'art du XIXe siècle, permet de présenter un nouvel aperçu des trésors du Musée des Beaux-Arts de Berne. Folklore et patriotisme, peinture de souvenir et paysages légendaires, univers sauvage de la montagne et charme de ses lacs, scènes de nuit pleines de mystère et sites historiques de la Confédération, telles sont les grandes thématiques de l'exposition qui déroule un panorama varié de la Suisse, celui-là même qui imprègne encore aujourd'hui la vision qu'ont les touristes du pays.

" Buvez, ô mes yeux, ce que vos cils peuvent retenir de la somptueuse opulence du monde. " Le ravissement de Gottfried Keller face au monde tient lieu de devise à l'exposition sur l'image de la Suisse au XIXe siècle dans la collection du Musée des Beaux-Arts de Berne. L'exposition présente des œuvres peu vues et des curiosités, des œuvres visionnaires et des œuvres réalistes, mais aussi des œuvres connues et familières. Issues des vastes fonds conservés dans les réserves, elles constituent un panorama varié à l'image de ce qui est ancré dans la mémoire visuelle nationale et qui imprègne encore aujourd'hui la vision qu'ont les touristes du pays.

L'exposition s'intéresse aux représentations de la Suisse telles qu'elles se sont propagées à travers le médium de l'art au XIXe siècle, prenant la suite d'Albrecht von Haller et de Jean-Jacques Rousseau. D'un point de vue historique, le parcours débute avec les bouleversements qui se produisent autour de 1800 et se clôt avec les décennies qui suivent la fondation du jeune Etat fédéral. Une grande diversité de thèmes iconographiques nationaux se développe tout au long du siècle, parmi lesquels le paysage tient une place majeure. L'exposition montre comment les touristes anglais se rendaient aux spectacles de la nature et comment les artistes ont réagi à leur demande d'images. Ce regard des étrangers sur le grandiose pays de montagne forme le point de départ du parcours. Dans les chapitres suivants, on montre comment le paysage fut interprété comme une allégorie politique de la liberté et comment l'expérience esthétique de la nature et la figuration des valeurs intemporelles de l'authenticité, de la pureté et de la méta-physique se prolongèrent, à la suite du romantisme, jusqu'à l'art " fin de siècle " du symbolisme.

Parmi les œuvres présentées, on citera la peinture d'histoire de Friedrich Walthard Der letzte Tag des alten Bern [Le dernier jour de la vieille Berne], les paysages de Ferdinand Hodler fondés sur son principe du parallélisme, les montagnes de Félix Vallotton rappelant les gravures sur bois japonaises ou le monumental Abstieg von der Alp [La descente de l'alpage] d'Eugène Burnand. À côté des peintures de salon de grand format d'un Alexandre Calame et d'un François Diday, l'exposition s'intéresse aussi au " paysage intime " de Barthélemy Menn, au réalisme sentimental d'Albert Anker et aux tableaux transparents éclairés artificiellement de Franz Niklaus König. Enfin, des œuvres n'ayant jamais été exposées - des dessins, des estampes, des illustrations de livres, des représentations topographiques, des sculptures, des médailles et des reliefs - plongent ici et là les visiteurs dans un monde connu et pourtant détaché de la réalité.