data

VIENNE (AUTRICHE) [14.06.10] – Une commission ad hoc du gouvernement autrichien se prononce pour la restitution aux héritiers du propriétaire originel, d’œuvres d’art dont deux panneaux d’autel d’un peintre néerlandais du XVIe siècle saisis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui conservés au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

Un conseil du gouvernement autrichien a recommandé au ministère de la Culture de restituer deux panneaux d’autel du XVIe siècle du peintre néerlandais du XVIe siècle, Maerten van Heemskerck, ainsi que deux autres tableaux et deux statuettes spoliés par les nazis et aujourd’hui conservées au Kunsthistorisches Museum (KHM) de Vienne à Thomas Selldorff, le petit-fils de Richard Neuman, un industriel juif spécialisé dans le textile forcé de fuir l’Autriche en 1938.

Collectionneur d’art, Richard Neuman avait réuni plus de 200 œuvres d’art dans sa villa de Vienne. Il fuit l’Autriche quand celle-ci est annexée par le Reich pour Paris. Quand les nazis occupent la France, Neumann part pour l’Espagne. De là, il rejoint Cuba où il s’installe et participa même, en 1954, à la fondation d’un musée d’art à la Havane. Il s’installa plus tard à New York où il mourut en 1961 à l’âge de 82 ans.

Ses œuvres d’art furent un temps saisies par les nazis puis vendues en 1938 par la fille de Neumann au KHM. Après la guerre, Neumann demanda la restitution de ses œuvres au KHM. Le musée insista sur le fait que Neumann avait déjà perçu le solde de la vente – ce dernier ne lui étant jamais parvenu car placé par sa fille sur un compte gelé. Neumann était prêt à payer de nouveau pour le retour de ses œuvres, mais une interdiction d’exportation de biens culturels l’empêcha de reprendre possession des panneaux.

En 1952, Neumann déposa une seconde plainte contre le KHM. Le musée lui proposa de lui donner d’autres œuvres de sa collection de moindre valeur et 3 000 dollars d’indemnité à la place des panneaux d’autel, des deux tableaux et des statuettes.

En 2005, le conseil rejeta une troisième demande faite par son petit-fils, Selldorff, installé à Boston arguant qu’il ne pouvait restituer une œuvre pour laquelle une indemnité avait déjà été perçue. Or, un amendement facilitant la restitution d’œuvres saisies par les nazis adopté en 2009 a rendu possible la décision d’aujourd’hui. Selon les termes de la décision, Selldorff devra rembourser la compensation versée à son grand-père.

L’Autriche a mis en place une commission dite Commission pour la recherche de provenance – Kommission für Provienzforschung – qui a pour but de faciliter la restitution d’œuvres saisies à leur propriétaire ou à leurs héritiers. Cette commission transmet ses recommandations à un conseil qui décide ou non de recommander la restitution. www.artclair.com