1_La_Troupe_italienne

François Boucher (1703-1770) d’après Watteau, La Troupe italienne. Eau-forte et retouches au burin, épreuve avant la lettre du 1er état, rognée à d. au coup de planche ; 27,9 x 20,8. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 21702 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Peintre, graveur et inlassable dessinateur, Antoine Watteau (1684-1721) a marqué le XVIIIe siècle par la grâce et la spontanéité de son art. De pure inspiration rocaille, son style novateur se diffuse dans toute l'Europe grâce au monumental recueil gravé que lui consacre son ami et protecteur Jean de Jullienne.

Cette exposition dédiée à l’art de l’estampe puise dans la collection du baron Edmond de Rothschild au Louvre et présente quatre-vingt dix gravures en rapport avec le Recueil Jullienne. Le tableau des Deux Cousines, issu des collections du Louvre, et quelques pièces rares en provenance d’autres institutions, comme des dessins de la main même de Watteau, complètent la sélection.

3_Les_Deux_Cousines_peinture

Antoine Watteau (1684-1721) Les Deux Cousines. Huile sur toile ; 30,4 x 35,6. Département des Peintures, musée du Louvre, R.F. 1990-8 © C2RMF / Jean Marsac

2_Les_Deux_Cousines_gravure

Bernard Baron (Paris, 1696 ?- Londres, 1762 ?) d’après Watteau, Les Deux Cousines. Eau-forte et burin, épreuve juste avant la lettre ; 29,5 x 35,7. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 21698 LR  © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Ce rassemblement d'oeuvres précieuses rend hommage au génie de Watteau, mais aussi aux graveurs, les meilleurs du temps, qui ont su restituer, pointe en main, ce « je-ne-saisquoi de galant, de vif et de vrai » qui fit le succès de l’artiste.

5_Homme_debout

Antoine Watteau (1684-1721) et Henry-Simon Thomassin (1687-1741), Homme debout, le corps de profil, la tête tournée vers le fond, la main droite appuyée sur une canne. Eau-forte et burin, épreuve du 3e état ; 11,2 x 7,0. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 21785 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Antoine Watteau a lui-même pratiqué la gravure, créant de frêles eaux-fortes dont seuls de rares tirages ont été conservés. Mais c’est surtout à la gravure d'interprétation que l’on songe lorsqu'il est question des rapports étroits entre Watteau et l'art de l'estampe.

6_T_te_de_Pierrot

Laurent Cars (1699-1771) d’après Watteau, Tête de Pierrot vue de face, portant chapeau et fraise. Eau-forte et burin, épreuve du 1er état ; 23,4 x 16,7. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 18191 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Le Recueil Jullienne
Les deux premiers volumes sont consacrés aux dessins et portent le titre de Figures de Différents Caractères. Les deux autres, désignés sous le titre générique d'OEuvre gravé, reproduisent les peintures et les ornements.

9_Persan

François Boucher (1703-1770) d’après Watteau, Persan à mi-corps, assis de trois-quarts, un turban sur la tête. Eau-forte pure, épreuve du 1er état ; 31,0 x 24,0. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 18122 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

L'ensemble est dû à l'initiative d'un riche négociant en teinture, Jean de Jullienne (1686-1766), qui, pendant une douzaine d'années, de 1723 environ à 1735, réussit à mener à son terme l'une des plus importantes entreprises privées de gravures du XVIIIe siècle. Confiée à une trentaine de graveurs et rassemblant plus de six cents planches d’après les dessins et peintures de Watteau, elle est consacrée tout entière à la gloire du maître trop tôt disparu. Ce cas de mécénat artistique dédié à un seul artiste, dans un contexte de ferveur amicale, est exceptionnel.

12_L_Indiff_rent

François Boucher (1703-1770) d’après Watteau, L'Indifférent. Eau-forte pure, épreuve du 1er état ; 23,7 x 17,5. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 18114 LR © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

La gravure en France au XVIIIe siècle
Le XVIIIe siècle est un âge d'or pour la gravure française, qui va connaître au cours du siècle une expansion considérable du marché et l'aboutissement de recherches techniques visant à une parfaite imitation de la couleur et du crayon. Le Recueil Jullienne précède cette apogée. Son élaboration correspond au triomphe de la gravure "libre", c'est-à-dire l'association d'une préparation à l'eau-forte et de finitions au burin, pratique qu'adoptent presque tous les graveurs de la première moitié du XVIIIe siècle. Pour les Figures de Différents Caractères, l'eau-forte seule, qui ne requiert pas une haute technicité, a suffi. C’est pourquoi on trouve parmi les graveurs de ces Figures de jeunes peintres comme Boucher, ou des graveurs amateurs comme le comte de Caylus. Jullienne lui-même, artiste à ses heures, en exécuta plusieurs.

15_Deux__tudes_d_un_enfant

Antoine Watteau, Deux études d’un enfant, vu à mi-corps et coiffé d’un toquet. Sanguine de deux tons et rehauts de blanc ; 13,4 x 17,4. Acquis par dation en 1990. Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, R.F. 42 668. © RMN / Gérard Blot

L’enfant, à droite, se retrouve dans la gravure de Boucher ci-dessous et "L’Occupation selon l’âge" de Charles Dupuis

16_Jeune_enfant_en_buste

François Boucher (1703-1770) d’après Watteau, Jeune enfant en buste, coiffé d’un toquet, le visage reposant sur son bras gauche. Eau-forte pure, épreuve du 1er état ; 17,3 x 12. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 18106 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

17_L_Occupation_selon_l__ge

La collection du baron Edmond de Rothschild et les estampes d’après Watteau
Le Recueil Jullienne est bien connu des historiens d'art, mais peu de gens ont eu l'occasion de le consulter réellement. L'exposition serait maigre - quatre beaux volumes reliés en maroquin rouge ouverts chacun sur une page ! - si le baron Edmond de Rothschild (1845-1934), mécène remarquable, n'avait rassemblé autour du Recueil trois-cent-cinq "feuilles libres". Formée dans les années 1870, lorsque la réhabilitation de l'art du XVIIIe siècle était au plus fort, cette collection offerte au Louvre en 1935 est le plus beau rassemblement de gravures d'après Watteau existant en terme de qualité d'impression et de rareté.

21_Assis_aupr_s_de_toi

Nicolas-Henri Tardieu (1674-1749) Assis, auprès de toi, sous ces charmants ombrages… (Portrait de Jullienne et de Watteau). Eau-forte, épreuve avant la lettre du 1er état ; 37,9 x 29,4. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 21777 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

La sélection des oeuvres exposées vise à montrer toutes les gravures originales de Watteau, qui sont peu nombreuses (dont deux prêtées par la Bibliothèque nationale de France) et à évoquer la situation avantageuse de l'estampe au début du XVIIIe siècle, en représentant vingt-et-un des trente-cinq graveurs du Recueil Jullienne. De manière générale, l’exposition privilégie les plus belles pièces, celles qui ont fait la réputation du Recueil. Elles sont l'oeuvre de Cochin le Père, Tardieu, Laurent Cars, Le Bas, Crépy, Aveline et Boucher. Il ressort de cette sélection une extraordinaire unité et une grande justesse dans la traduction de l'oeuvre du peintre.

20_L_Amour_au_th__tre_italien

Charles-Nicolas Cochin (1688-1754) d’après Watteau, L'Amour au théâtre italien. Eau-forte et burin, épreuve intermédiaire avant la lettre du 2e état ; 37,1 x 48,5. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 21714 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

L’art de Watteau
C'est à l'évocation du génie de Watteau que l'exposition est finalement consacrée. Tous les genres traités par Watteau sont présents dans le Recueil et, à des degrés divers, dans l'exposition : peinture d'histoire, scène de genre, décor d'arabesques, chinoiserie, singerie, portrait, études de figures et de paysages. Le choix a été de mettre en lumière les aspects les plus novateurs de son goût, qui sont aussi ceux que les graveurs ont le mieux interprétés : la fête galante, la Comédie-Italienne et les scènes de la vie quotidienne. Le public retrouvera, en noir et blanc, des images qui lui sont familières : L'Embarquement pour Cythère, L'Enseigne de Gersaint, les Fêtes vénitiennes, ainsi que des Pierrot, des Savoyards, des Pèlerins, des Persans, etc.

7_L_Enseigne

Pierre Aveline (vers 1656-1722) d’après Watteau, L'Enseigne. Eau-forte et burin ; 51,7 x 83,7. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, L 89 LR., f° 89. © C2RMF / Jean Marsac

19_F_tes_v_nitiennes

Laurent Cars (1699-1771) d’après Watteau, Fêtes vénitiennes. Eau-forte et burin, épreuve intermédiaire avant la lettre ; 43,9 x 34,4. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 21708 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Commissaires de l’exposition : Marie-Catherine Sahut, conservateur en chef au département des Peintures, musée du Louvre, Pascal Torres-Guardiola, conservateur de la Chalcographie et de la collection Edmond de Rothschild du musée du Louvre, Florence Raymond, attaché de conservation
au Palais des Beaux-Arts de Lille.

Catalogue : Antoine Watteau et l’art de l’estampe, de Marie-Catherine Sahut et Florence Raymond. Coédition musée du Louvre / Le Passage. 160 pages, 28 €. Avec le soutien d’Arjowiggins Creative Papers.

8 juillet - 11 octobre 2010. Musée du Louvre, aile Sully, 2ème étage, salles 20-23.

8_L_Ile_enchant_e

Jacques-Philippe Le Bas (1707-1783) d’après Watteau, L'Ile enchantée. Eau-forte et burin, épreuve avant la lettre ; 34,5 x 47,4. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 21748 LR. © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Charles Dupuis (1685-1742) d’après Watteau, L'Occupation selon l'âge. Eau-forte et burin, épreuve intermédiaire avant la lettre, taches blanches ; 32,8 x 41,3. Collection du baron Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, musée du Louvre, 21734 LR © 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier