_B4bzjd__2k___KGrHqJ__ioEyd__jCC0BMp37Ek9u____12

Petit retable de dévotion privé en corail et ivoire. Italie, Trapani, fin XVIIème siècle. Photo: Sotheby's

le cadre en bois recouvert de cuivre doré, surmontée d'une tête d'angelot en bronze doré et orné de feuilles d'acanthe en corail; au centre, dans un oval encadré d'une double frise de perles de corail, figure le Christ au croix accompagné de trois Maries, sculptés en ivoire sur un sol de corail; haut. 30 cm ; larg. 25 cm. Estimate 15,000—20,000 EUR. Lot Sold 21,150 EUR

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES: M. Concetta Di Natale, Il Corallo Trapanese nei secoli XVI e XVII, Brescia, 2002, p. 56-57.
G.C. Ascione, Gloria del Corallo a Napoli dal XVI al XIX secolo, Naples, 1991.
A. Daneu, L'arte trapanese del corallo, Palerme, 1964, pl.XXVI.

NOTE: Le corail comptait toujours parmi les matières précieuses, très difficile a extraire des riff, recherchées par des amateurs de cabinet de curiosités. Trapani, ville portuaire en Sicile, fut au XVIIe et XVIIIe siècle un centre de manufacture importante de la production d'oeuvres en corail. Le corps de métier des artisans, le Arte dei corallari, s'y est installé en 1628 pour se répandre ensuite dans toute la Méditerranée. Le corail était estimé pour sa couleur rouge intense ainsi que son pouvoir 'de châsser le diable'.

Sotheby's. Important French Furniture, Sculptures and Works of Art, 09 Nov 10, Paris www.sothebys.com