02

Giovanni Domenico Tiepolo (Venise 1727-1804 Venise), Questo e'il moi diletto figlio e'lcaro oggetto della mia compacenza (Matthieu 3-17). photo AuctionArt

Plume et encre brune sur traits de crayon noir, lavis bistre. Filigrane : W surmonté d'un bras tenant une épée. Signé en bas à gauche : “Dom.Tiepolo f. ”. Annoté dans le ciel : “questo e il mio dilleto figlio / e'lcaro oggetta della mia/compiacenza ”. Annoté au verso au crayon : “Matti III.14 nos 13 à 17 / Baptême de Jesus ”. Quelques piqûres. 44,5 x 36 cm 49 x 38,2 cm avec les marges. Estimation : 100 000 / 120 000 €

PROVENANCE: Ancienne collection Victor Luzarche (1803-1869), Tours.
Ancienne collection Roger Cormier, Tours. Sa vente, Paris, Galerie Georges Petit, 30 avril 1921, n° 19.
Ancienne collection du Duc de Trévise, Edouard Mortier de Trévise (1883-1946). Sa vente, Paris Drouot, 8 décembre 1947, n° 29.
Collection particulière parisienne.

BIBLIOGRAPHIE: Adelheid M. Gealt, George Knox, “Domenico Tiepolo : A New Testament ”, Bloomington et Indianapolis University Press, 2006, n° 95, p. 262.

Dans ce dessin de la célèbre série sur le Nouveau Testament, Giovanni Domenico Tiepolo représente une scène du Baptême de Jésus se référant à l'Evangile de St Mathieu : Jésus arriva de la Galilée au Jourdain pour être baptisé par Jean (Mat. III, 13), celui-ci l'en détourna en disant : C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et toi tu viens à moi (Mat. III, 14) et Jésus répondit Laisse faire pour l'instant car c'est ainsi qu'il convient d'accomplir toute justice (Mat. III, 15).
Ayant été baptisé, Jésus remonta de l'eau, et voici que les cieux s'ouvrirent : il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir vers lui (Mat. III, 16), et voici qu'une voix venue des cieux disait Celui-ci est mon Fils Bien Aimé, qui a toute ma faveur. (Mat. III, 17).
C'est autour de soixante ans que Giovanni Domenico Tiepolo, très pieux, (il faisait partie de plusieurs fondations religieuses à Venise) décide d'abandonner sa carrière de peintre pour se consacrer au dessin.
(A. Gealt et G. Knox 2006, p. 3).
Entre 1785 et 1790, il entreprend alors un important projet d'illustration du Nouveau Testament.
Adelheid Gealt et George Knox (voir opus cité supra) ont récemment reconstitué l'ensemble des dessins connus de Tiepolo pour le Nouveau Testament, recensant 313 dessins (plusieurs feuilles de la série ont réapparu depuis, dont la nôtre).
Elles mesurent toutes environ 46 centimètres de haut sur 35 centimètres de large et sont exécutées à la plume et encre brune, lavis brun (parfois lavis gris) sur un tracé préparatoire au crayon noir.
Giovanni Domenico augmente également, le Nouveau Testament, de scènes provenant de la vie des Saints et de la vie de la Vierge, tirées de la Légende Dorée de Jacques de Voragine et des Evangiles Apocryphes.
A la mort de Tiepolo en 1804, cet ensemble fut démantelé.
En 1833, 138 feuilles furent achetées par l'homme d'affaire et amateur d'art Jean Fayet Durand (1806-1889) à Venise.
Cette collection fut donnée au Louvre en 1893 et est reconnue aujourd'hui sous le nom de Recueil Fayet.
Un autre ensemble de 175 dessins, connu sous le nom de Recueil Luzarche fut acheté en même temps en Italie par Victor Luzarche (1803-1896), bibliophile et maire de Tours.
Ces dessins passèrent ensuite dans la collection de Camille Rogier (1855-1893), signalé comme “l'heureux possesseur ” de la collection par Henri Guerlin qui publia 50 d'entre eux dans un luxueux album en 1921.
La même année, 82 dessins provenant de cet ensemble furent vendus à la Galerie Georges Petit à Paris par le collectionneur Roger Cormier.
Les autres rejoignirent différentes collections privées et publiques comme celle de Jean-François Gigoux (aujourd'hui au Musée de Besançon), ou celle de Charles Fairfax Murray (Pierpont Morgan Library de NewYork).
Notre dessin, caractéristique des œuvres du Nouveau Testament par l'utilisation d'un lavis plus ou moins sombre recouvrant la totalité de la feuille à l'exception de quelques parties laissées en réserve pour accentuer les effets de lumière, se distingue par l'importante inscription entourée de cercles concentriques en pointillé au centre de la composition : Questo e il mio delitto figlio e l'oggetto della mia compiacenza, (Mattieu, III - 17).
La réapparition de notre feuille, permet ainsi de combler une lacune dans la série des cinq dessins qui illustraient le Baptême au sein du Nouveau Testament.
Elle représente le point culminant du Baptême : la glorification du Seigneur dans toute son intensité.
On notera la similitude entre la partie droite du présent dessin, où saint Jean-Baptiste se prosterne devant Jésus en signe de révérence, avec le Jean Baptiste dans le Désert de la Pierpont Morgan Library, où l'ermite médite devant la croix (voir A. Geilt et G. Knox, opus cité supra, 2006, n°88).

Nous remercions le Dr George KNOX de nous avoir confirmé l'authenticité de ce dessin, ainsi que pour son aide apportée à la rédaction de cette notice, et madame Olivia Cogels pour l'ensemble des dessins de Tiepolo.

Une copie du certificat du Dr KNOX sera remis à l'acquéreur

02

Giovanni Domenico Tiepolo (Venise 1727-1804 Venise), La Trinité avec deux anges et la Croix. photo AuctionArt

Plume et encre brune sur traits de crayon noir, lavis brun. Signé en bas à gauche. Numéroté indistinctement à la plume en haut à gauche. Rousseurs, pliures, collé sur les bords. 25,5 x 18 cm  Estimation : 20 000 / 25 000 €

PROVENANCE/ Chez Moatti.
Collection particulière parisienne

02

Giovanni Domenico Tiepolo (Venise 1727-1804 Venise), Dieu le Père porté par des anges. photo AuctionArt

Plume et encre brune sur traits de crayon noir, lavis brun. Signé en bas à droite : “Dom. Tiepolo f, ”. Numéroté en haut à gauche “53 ”.
Collé au quatre coins. 24,5 x 17,5 cm. Estimation : 20 000 / 25 000 €

PROVENANCE Ancienne collection J. Wertheimer, Paris, 1960.
Ancienne collection Benjamin Sonnenberg, sa vente, Sotheby's New York, le 5 juin 1979, vol. I, n° 29, repr.
Chez Charles Williams Gallery, London, 1980.
Chez Andrew Smithson Gallery, London 1982.
Collection particulière parisienne.

Notre dessin semble inspiré du retable peint par Giambattista en 1759 au Dôme d'Este.
Il appartient à une série d'environ 140 feuilles que Giovanni Domenico réalisa sur le sujet (voir J. Byam Shaw, “The drawings of Domenico Tiepolo ”, London, 1962, p.32).
Quatorze dessins de la série sont à Venise au Musée Correr , datés par T. Pignati autour de 1790 (T. Pignatti, Eighteenth Century Venetian Drawings from the Correr Museum p. 56, n°110, rep.).

02

Giovanni Domenico Tiepolo (Venise 1727-1804 Venise), Le martyre d'une sainte ou le sacrifice d'Iphigénie. photo AuctionArt

Plume et encre brune sur traits de crayon noir, lavis brun. Filigrane : ancre inversée surmontée d'un lozange. Signé en bas à droite. Au verso trois études de jambes au crayon noir. Annoté sur le carton au verso : “vente drouot, 19/3/1930, /n°152 / sacrifice d'Iphigénie cca1730 / coll. Hutaut / ancienne coll. Lair-Dubreuil. ” Rousseurs et taches. 28 x 19,5 cm. Estimation : 20 000 / 25 000 €

PROVENANCE Vente anonyme , Paris Hôtel Drouot, Collection de M. X***, Me F. Lair Dubreuil, Godefroy et Huteau expert, 19 mars 1930, n° 152, repr.
Chez de Bayser, catalogue 1978.
Collection particulière parisienne.

Nous pouvons rapprocher notre dessin d'une Décollation par Giambattista Tiepolo de l'ancienne collection du Prince Orloff (Paris, G. Petit, sa vente, les 29/30 avril 1920, n° 126, repr.)
Notre étude de jambes au verso peut-être aussi rapprochée d'une feuille du Victoria and Albert Museum (G. Knox, Catalogue of the Tiepolo Drawings in the Victoria and Albert Museum, London, 1960, n° 56).

02

Giovanni Domenico Tiepolo (Venise 1727-1804 Venise), Etude pour la tête de Béatrice de Bourgogne. photo AuctionArt

Crayon noir et estompe, rehaut de craie blanche sur papier bleu. 21,3 x 17,8 cm. Traces de stylet reprenant partiellement le motif. Légèrement insolé, collé sur les bords. Estimation : 30 000 / 40 000 €

PROVENANCE Vente anonyme, Christie's New-York, le 13 janvier 1987, n° 62.
Chez Thomas le Claire, Hambourg, catalogue VII,1989, n° 12, repr.
Collection particulière parisienne.

Entre 1750 et 1753, une série de fresques furent commandées à Giambattista par le Prince Evêque pour décorer sa Résidence à Würtzburg. Giovanni Domenico et Lorenzo Tiepolo y collaborèrent.
Le thème de ce cycle de peintures est le rattachement de la Bourgogne au Saint Empire Germanique par le mariage de Béatrice de Bourgogne et Frédéric Barberousse.
Notre dessin est préparatoire pour la tête de Béatrice de Bourgogne dans la fresque de Wurzburg : Apollon présidant à la rencontre de Frédéric Barberousse et Béatrice de Bourgogne.
(Peter O. Krückmann, Der Himmel auf Erden : Tiepolo in der Residenz Würzburg, Würzburg, 1996, pl. 10 et couverture).
Le Dr Knox signale une série importante de tête de même facture pour la fresque de Wurzburg conservée au musée de Varsovie (voir catalogue d'exposition, “Tiepolo : i tiepoloeschi ”, Varsovie, Muzeum Norodowe, 1997, n° 26 à 31).

Nous remercions le Dr. George Knox de nous avoir confirmé l'authenticité de ce dessin, ainsi que pour son aide apportée à la rédaction de cette notice.

Une copie du certificat du Dr. Knox sera remis à l'acquéreur.

AuctionArt - Pierre Cardin Rémy Le Fur & associés - Paris. Vente du Lundi 29 novembre 2010. Drouot Richelieu - Salle 5 & 6 - 9, rue Drouot - 75009 Paris