01

Louise Lawler, Il m’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout, 2008/2009. Cibachrome face mounted to plexiglass on 2" museum box. 47,76 x 55,75 in (121,3 x 141,6 cm); Courtesy galerie Yvon Lambert © Louise Lawler

Yvon Lambert présente à la galerie la troisième exposition personnelle de la photographe Louise Lawler, du 9 décembre au 15 janvier, 2011.

Artiste américaine née en 1947 à Bronxville, Louise Lawler se distingue depuis des années par ses photographies dʼoeuvres dʼart célèbres recontextualisées dans leurs multiples destinations (musées, collections privées, réserves...). Sa démarche postmoderne lʼinscrit dans la mouvance des «simulationnistes» dont elle est lʼun des membres les plus éminents.

Ce travail critique repose sur une analyse de la valeur attribuée à lʼart, valeur non seulement financière, mais aussi symbolique, sociale, critique économique…

Pour son exposition «Later», à la galerie Yvon Lambert, lʼartiste choisit de présenter une série de photographies de la collection dʼantiquités et dʼoeuvres dʼart du couturier Yves Saint Laurent. Ces photographies ont été réalisées dans lʼappartement du couturier en 2008, les oeuvres et objets étaient mis en scène à lʼoccasion de la vente de la collection par la Maison de Vente Christies.

Dans cette nouvelle série de photographie Louise Lawler capture lʼenvironnement personnel et voluptueux du couturier, par de subtils cadrages elle élabore des compositions mêlant objets rares, meubles précieux, tableaux de maîtres…

Louise Lawler montre également à la galerie Yvon Lambert deux immenses papiers peints, dont lʼorigine des motifs proviennent deux des photographies de lʼexposition (une des images a été realisée à partir de son telephone portable). Ces deux images ainsi déformées, étirées et agrandies à lʼéchelle des murs de la galerie donnent une nouvelle dimension au travail de Louise Lawler.

02

Louise Lawler, Later, 2008/2009. Cibachrome face mounted to plexi on musuem box. 64,02 x 45,75 in (162,6 x 116,2 cm). Courtesy galerie Yvon Lambert © Louise Lawler