78

78_1

78_2

Vase balustre. Chine, époque Qianlong (1736-1795) pour la porcelaine France, époque Louis XVI, vers 1775-1780 pour la monture en bronze.  Photo Marc-Arthur Kohn

H. 63,5 cm, L. 34 cm. Fêlure interne à l'une des attaches. Estimation : 250 000 - 300 000 €

Le vase, de forme balustre, repose sur un piédouche de bronze ciselé et doré, orné de canaux rayonnants, ceints à la base d'un tore de laurier, le tout reposant sur un socle carré à compartiments amatis. Une corolle de canaux alternant avec des feuilles lancéolées et des épis, et couronnée d'un bandeau de bronze uni, sert de réceptacle au corps du vase en porcelaine de Chine bleue d'époque Qianlong (1736- 1795). Un étroit col, terminé d'un filet mouluré de bronze, supporte un couvercle bombé à doucine, flanqué au pourtour d'une bordure de bronze ciselée de canaux et de feuilles d'acanthe ponctuée d'un bouton en forme de pomme de pin disposé sur une courte terrasse de feuilles d'acanthe. Deux masques de satyres, traités en semi ronde-bosse, ornent la panse du vase, amorçant deux anses incurvées et enrubannées.

Notre vase présente de nombreuses similitudes avec une garniture en porcelaine de Chine bleue poudrée provenant de la collection du Prince Auguste d'Arenberg (1753-1833), de l'hôtel de Charost, à Paris (actuelle ambassade de Grande-Bretagne), devenue collection Heilbronner (1912-1919) puis collection Madame L., vente à Paris, galerie Charpentier, 9-10 juin 1953, lot 45 et collection Djahanguir Riahi . Composée d'une pendule et de trois paires de vases à monture de bronze ciselé et doré, à décor de putti marins, de masques feuillagés, de tores de laurier, de frises d'oves, et de dards, le tout sur piédouches cannelés et socles quadrangulaires à écoinçons, cette garniture présente des bronzes caractéristiques de la dynastie des Godilles, bronziers parisiens.

Elle présente également des traces de décorations dorées visibles sur le corps des vases par Joseph Coteau. Originaire de Genève, Coteau fut à l'origine d'une méthode destinée à «appliquer solidement l'or manié avec les émaux de toutes couleurs sur la porcelaine». Il fut reçu peintre émailleur du Roi et de la Manufacture de Sèvres vers 1780.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : - Jean-Dominique Augarde, Les Ouvriers du Temps, éd. Antiquorum, 1996, p. 198, fig. 159.

- Elke Niehüser, French Bronze Clocks, éd. Schiffer, Munich, 1999, p. 260, fig. 1268.

- F.M. Ricci, Quelques chefs-d'oeuvre de la collection Djahanguir Riahi, Milano, 1999, p. 205-209.

Marc-Arthur Kohn. Jeudi 28 juillet à 19h00. SALON DES ARTS et SALON FRANÇOIS BLANC Place du Casino 98000 Monaco. EMail : auction@kohn.fr - Tél. : +33 1 44 18 73 00