64

64_1

64_2

Suite de quatre fauteuils et une marquise "A la Reine" provenant du pavillon de musique de la comtesse de Provence à Montreuil. Par Sulpice Brizard (Marcoussis 1733- Paris, après 1798) Reçu Maître en 1762 Paris, époque Louis XVI. Photo Marc-Arthur Kohn

Bois mouluré et doré Estampillé S. BRIZARD Fauteuils: H. 88 cm, L. 61 cm, P. 52 cm Marquise: H. 83,5 cm, L. 87 ,5 cm, P. 51 cm

PROVENANCE Château de Montreuil, Pavillon de Musique de la Comtesse de Provence, Marie-Joséphine-Louise de Savoie (1753-1810), épouse de Louis-Stanislas-Xavier de France, frère de Louis XVI et futur Louis XVIII

Les sièges, à dossier rectangulaire dit «à la Reine», présentent des accotoirs en doucine à manchettes terminés en enroulement. Les supports d'accotoir en «S» s'achèvent sur l'axe des pieds antérieurs réunis par une ceinture rectiligne. Une élégante frise à motifs de rais-de-coeur et de rubans court sur l'ensemble du siège dans une unité harmonieuse. Les pieds reposent sur des dés de raccordement à rosace et présentent un motif de cannelures «à vis» couronné d'une frise de laurier.

Ce salon provient du second salon du pavillon de Musique de la Comtesse de Provence, Marie-Joséphine- Louise de Savoie (1753-1810) à Montreuil. Epouse de Louis-Stanislas-Xavier de France (1755-1824), frère de Louis XVI, la Comtesse de Provence acquit en 1781 «une «modeste propriété à Montreuil», appartenant au Prince de Monbarey, secrétaire d'Etat à la Guerre. Elle confie à Jean-François Chalgrin, premier Architecte et Intendant des Bâtiments de Monsieur, frère du Roi, en 1784 la réalisation au sein du parc paysager d'un pavillon de Musique qu'elle voulut classique avec un salon central circulaire inscrit dans un plan en croix latine éclairé par une verrière zénithale.

64_4

Dans ce cadre, elle y disposa divers meubles de belle facture, dont ce salon réalisé par Sulpice Brizard. Ebéniste parisien, reçu Maître en 1762, installé rue de Bourbon, puis rue de Cléry, Sulpice Brizard, s'est spécialisé dans la réalisation de sièges. Il produisit des modèles Louis XV, Transition et Louis XVI. C'est durant cette dernière période qu'il se distingua avec des sièges aux proportions presque toujours originales, de belle facture alliée à une sculpture fine et nerveuse. Artisan fécond et ingénieux, il a laissé des oeuvres «.. d'une agréable fantaisie ...» (F. de Salverte). Il semble s'être fait une spécialité des pieds à cannelures tores ou «à vis». Il collabora aux côtés de confrères imminents pour la réalisation d'ensembles, tels que Louis Delanois, Claude II Séné ou Nicolas Foliot.

64_3

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES - Comte François de SALVERTE, Les Ebénistes du XVIIIe siècle, Ed. Vanoest, Paris, 1927.

- Bill Pallot, Le Mobilier du Musée du Louvre, Ed. Faton, Paris.

- Guillaume Janneau, Le Mobilier français, les Sièges, Ed. de l'Amateur, Paris, 1993.

Marc-Arthur Kohn. Jeudi 28 juillet à 19h00. SALON DES ARTS et SALON FRANÇOIS BLANC Place du Casino 98000 Monaco. EMail : auction@kohn.fr  - Tél. : +33 1 44 18 73 00