05

Thomas Grünfeld, Misfit

Thomas Grünfeld. Né en 1956 à Opladen (DE). Vit et travaille à Cologne (DE)

11_Platzer_The_Artist_s_Studio

Thomas Grünfeld, Misfit

... Critique ironique du bon goût allemand – la « gemütlichkeit »-, Thomas Grünfeld se passionne pour la décoration intérieure. Il réalise des « tableaux-étagères » ou encore des « tables-juponnées » ainsi que des poufs à la fonctionnalité improbable. Puis il compose ses premiers misfits, sorte de bestiaire inspiré de contes et légendes populaires bavarois, les volpertigers et fait œuvre de taxidermiste. Ses misfits, véritables sculptures, sont des spécimens empaillés dont les configurations mélangent plusieurs espèces animales. Souvent exposés dans une vitrine, ces animaux hybrides s’inscrivent parfaitement dans la tradition des cabinets de curiosité de la renaissance qui traduisaient tous un intérêt particulier pour les phénomènes étranges, qu’ils soient naturels ou artistiques...

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, ‘misfit (pig/bird)’, 2001

... L’œuvre de Thomas Grünfeld s’inscrit dans une démarche artistique commune à un certain nombre d’artistes des années 1990 pour lesquels l’animal, reflet de la nature profonde de l’homme, pose des questions existentielles. Support privilégié de l’artifice ou du trucage (la Garde Républicaine ou le Palais de Xavier Veilhan), ou encore emblème (le chat d’Alain Séchas), l’animal offre également un véritable champ d’expérimentations, à l’image des œuvres taxidermistes de Wim Delvoye, ou plus radicalement encore, des œuvres de Damien Hirst qui n’hésite pas à exposer un requin-tigre grandeur nature, flottant dans du formol...

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit. photo courtesy galerie Jousse

... À travers les animaux hybrides qui composent sa galerie de l’évolution, c’est un regard sur nous-mêmes que Thomas Grünfeld nous incite à porter, sur notre condition d’être humain, notre inéluctable évolution. (…)

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit

... Tout comme nous le ferions dans un muséum d’histoire naturelle, nous déambulons dans un univers étrange et presque inconnu. Mais en lieu et place du diplodocus, nous découvrons par-delà les vitrines un animal aussi peu familier que le misfit. Création artificielle, cet animal est déroutant. Dérangeant, instrumentalisé, il est porteur de toutes sortes de fantasmes et ouvre la porte à un univers onirique dans lequel resurgissent aussi nos angoisses les plus profondes. Ses différentes hybridations animalesques ne sont pas sans résonance avec l’actualité scientifique, avec les manipulations et diverses mutations génétiques. Line Herbert-Arnaud collection.fraclorraine.org

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit (parakeet/mole), 2007. photo courtesy galerie Jousse

"Les pièces de Thomas Grünfeld sont toujours ambiguës, hybrides plutôt. Elles provoquent chez le spectateur séduction et malaise et suscitent de profondes interrogations sur la nature de l’art, sur le statut des objets artistiques en général. Le travail de Grünfeld est né d’une réflexion sur l’anti-esthétisme des années 80 et d’une critique ironique de la "Gemütlichkeit" (cette satisfaction si allemande du bien-être qu’on n’éprouve que chez soi), qui a produit aussi bien la tradition des trophées de chasse que des cabinets d’amateurs du 18e siècle. Tout à la fois absurde et déroutant, l’univers de Grünfeld dérange autant par ce qui est montré que par ce qu’il suggère...

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit (Giraffe/Pferd/Strauss), 2000. photo courtesy galerie Jousse

"En ce sens, ses "Misfits" sont bien ses pièces emblématiques, collages d’animaux empaillés, défis à la création, bien qu’à peine plus improbables que l’ornithorynque. Dans le paradoxe entre leur apparence familière et leur inadéquation à notre expérience vécue, les "Misfits" instaurent une dialectique du réel et de l’imaginaire. Ils sont propres à ébranler nos certitudes assurées et rassurantes sur une quelconque détermination de la réalité. Grünfeld y pose comme postulat que n’importe quel artifice est aussi légitime que ce que nous croyons "naturel". A l’heure du clonage, des manipulations génétiques, les "Misfits" prennent une résonance tour à tour inquiétante et jubilatoire. Ils sont des chocs aussi bien que des litotes qui nous laissent imaginer quels dangers inconnus, quels désirs inouïs ont pu donner naissance à une girafe à cou et tête de cygne, comme celle qui se" trouve ci-dessus. www.jousse-entreprise.com

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit. photo courtesy galerie Jousse

01

Thomas Grünfeld, misfit (swan/ nutria/ donkey), 2008. photo Courtesy Galerie Michael Janssen, Berlin / Cologne

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit (ostrich/ rooster/ donkey), 2006. Courtesy Galerie Michael Janssen, Berlin / Cologne 

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit (peacock, kangoroo, ostrich), 1999. photo courtesy Galerie Haas & Fuchs

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit, 1998. Galerie Patrick Seguin. Photo : M.Domage

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit (faisan-coq-nandu), 1997. Galerie Patrick Seguin. Photo : M.Domage

1_Cranach_David_and_Bathsheba

Thomas Grünfeld, Misfit

8_Egyptian_bronze_falcon

Thomas Grünfeld, Misfit